Le Projet

Amiens, c’est vous !

Après ma tournée des 26 quartiers, d’avril à juin, et une grande opération de consultation directe des Amiénoises et Amiénois, par un questionnaire cet automne, j’ai entendu et ressenti votre envie de changement. J’ai compris qu’il faut restaurer au plus vite une vraie écoute de vos attentes et besoins, revenir à plus de proximité, et améliorer de façon durable une mobilité vraiment apaisée dans la ville…

Nous avons multiplié les rencontres depuis plus d’un an, en arpentant tous les quartiers, en rencontrant les commerçants du centre-ville, en écoutant les associations et les comités, en visitant nos entreprises, en écoutant les syndicats, en allant vous soutenir et vous défendre sur le quai de la gare, au cœur des bouchons, au sein des assemblées.

Notre ville a été bousculée, malmenée et mal défendue ces dernières années : perte du statut de capitale régionale, travaux interminables, désorganisés et incompréhensibles, départ d’entreprises emblématiques et de structure régionales, administratives, culturelles et sportives, etc.

Il est temps de prendre soin d’Amiens, pour que ses habitants s’y sentent bien et retrouvent confiance. 

Une ville attentive aux familles

La municipalité actuelle s’adresse trop peu aux familles. On parle d’une politique enfance ou jeunesse mais sans parler des parents. Or, les problématiques de la famille sont à considérer dans leur ensemble. Nous ferons :

La mise en place d’une mutuelle intercommunale,

pour que les sans emploi, les indépendants et les salariés puissent améliorer concrètement le remboursement des soins. Bonus : ce dispositif ne coûte rien à la collectivité et peut changer immédiatement la vie de milliers de familles.

Création de deux maisons de santé pluridisciplinaire,

comme celle qui existe à Amiens Nord, à Etouvie et Sud-Est pour un meilleur accès aux soins. Grâce à un partenariat avec le pôle santé universitaire nous mettrons en place des consultations avec des internes-séniors et des stagiaires en médecine générale mais également avec des sages-femmes, des dentistes, ou encore des psychologues et orthophonistes qui manquent cruellement à Amiens.

Renforcer la pratique sportive

qui améliore la santé, le loisir et les rencontres. Nous proposerons le Sport sur ordonnance, remboursant les personnes en affections de longue durée.

Des menus Hortillonnages à la cantine

pour favoriser la production locale.

Création du Conseil des Familles,

réseau de représentants des familles et des organisations concernées par l’enfance. Cela permettra aux parents d’exprimer un avis et d’adapter les services municipaux en fonction de l’évolution des besoins. Nous resterons vigilants sur la problématique du vieillissement de la population pour accompagner au mieux les aidants.

Mise en place d’une politique pour les animaux de compagnie

parce que parfois, notre famille, ce sont aussi nos compagnons à quatre pattes. Par exemple : accueil des animaux des personnes âgées qui partent en EPHAD ou qui vont être hospitalisées.

L’ouverture d’un centre de loisirs le samedi

pour les parents qui travaillent le week-end.

La mise en place d’equibus ou de pedibus

pour se rendre à l’école en sécurité, par une mobilité douce et sûre.

Une application numérique « Amiens en poche »,

pour faciliter la vie quotidienne (services publics, sorties, transport, travaux, etc.)

Renforcement des actions sociales pour des publics prioritaires

personnes fragiles, victimes de violences conjugales, soutien à la lutte contre l’alcool et les dépendances, etc.

Un réveil de l’identité des quartiers

Lors de notre tournée des quartiers, nous avons noté les mots forts prononcés par les habitants : « Le maire nous a abandonné. Ici, nous sommes mal traités. On ne reconnaît plus notre quartier. »

Pour nous, le Maire doit avoir une grande exigence pour chacun des quartiers de la ville. Un égal traitement pour tous et la même considération pour chacun doit être maintenant la règle. Ville sale, dépôts sauvages et rues abimées : la qualité de vie est dégradée. Ce sentiment de « laisser-aller » incite les incivilités. Nous savons que, pour une ville mieux tenue, il faut repartir de chacun des quartiers.

Sécurité, propreté, école, solidarité, animation, commerces, services publics, stationnement, écologie, monuments historiques, … sont des sujets à traiter au plus proche, sur le terrain.

Nous mettrons en place 111 surveillants de rue sur le terrain

pour être en contact quotidien avec la population, signaler les problèmes du quartier et assurer le suivi des interventions. Leur mission sera étendue : écoute des habitants, soutien aux comités de quartier, assistance aux personnes, voirie, propreté, etc. Ces postes seront proposés aux agents déjà présents au sein de la collectivité.

Un nouveau souffle de Démocratie locale :
  • Des nouveaux moyens concrets pour les Comités de quartiers ;
  • Un budget participatif par quartier, permettant de décider au plus près.
  • L’écoute de l’avis des habitants pour toute construction collective nouvelle ;
  • Un Conseil de l’expérience pour mobiliser les retraités ;
  • Choix par les habitants d’une grande cause annuelle bénéficiant d’un bonus ;
  • Deux grands référendums durant le mandat ;
  • Une consultation permanente pour tous les dossiers importants ;
  • Un livre de doléances en ligne, datées et avec réponses et suivi de l’évolution (traçabilité) ;
Une nouvelle autorité pour votre sécurité :

Rodéo, insultes, agressions, trafics, cambriolages, … il faut arrêter de baisser les yeux.

  • Un référendum sur l’armement de la Police Municipale, à mi-mandat, après une période de sélection et de formation, afin de faire face aux nouvelles menaces.
  • Installation d’un poste de Police municipale mobile pour moments et lieux particuliers : St Leu dès le jeudi, concerts, rassemblements, etc.
  • Renforcement des patrouilles aux points critiques (la gare, par exemple) ;
  • Une politique réelle d’amendes en cas de dépôt sur la voie publique ;
  • Faciliter l’appel aux encombrants ;
  • Créer un service de ramassage pour les déchets verts ramassés à la demande.

Se déplacer facilement dans la ville

Amiens est une ville à l’arrêt avec des bouchons à toutes heures. Le plan de circulation mis en place avec les travaux n’est adapté pour personne. Une politique qui met les cyclistes sur les trottoirs est évidemment un échec. Les retards chroniques entrainent de la fatigue pour les habitants, une hausse des accidents, mais aussi une hausse de la pollution. Ces embouteillages mettent en danger les cyclistes qui n’ont pas d’installations dignes pour rouler en sécurité.

La baisse de la fréquentation des bus fait qu’ils sont bondés aux heures de pointe, au point de décourager les Amiénois. Ceux qui le peuvent reprennent même leur voiture ! Ce projet raté est aussi un fiasco financier, passant de 80 à 130 M€ soit + 60% !

Nous voulons retrouver une ville qui fonctionne, une ville fluide. Nous n’opposons pas les types de transports. Nous pensons que les mobilités douces doivent augmenter en harmonie avec les autres modes de déplacement. Ce n’est pas en punissant les automobilistes qu’on y parviendra. C’est en créant les conditions idéales : sécurité, capacité, fréquence, régularité. Nous ferons :

Un plan d’urgence

immédiat pour une coordination efficace des feux, la mise en sécurité des piétons et cyclistes, un marquage au sol plus explicite et une réelle écoute des associations et usagers.

Un référendum sur la mobilité et la gratuité des bus,

en 2022. Nous devrons d’abord faire un audit humain, technique, financier et auprès des usagers pour connaître l’ampleur de la situation.

Un Service public de la mobilité,

inventé ensemble, comprenant : 

  • Un abonnement unique multimodal pour que les Amiénois puissent prendre le vélo ou un bus selon leurs besoins ou leurs envies.
  • Des tracés redessinés et en dédiant des rues aux transports doux pour assurer leur sécurité.
  • Une augmentation de la capacité de transports par bus, notamment aux heures de pointe.
  • La création des espaces de stationnement sécurisés pour les vélos.
  • Des arrêts de bus alimentés pour créer des espaces de recharge (vélos, trottinettes, voire simplement les téléphones portables) ;
  • Un marquage au sol avec une peinture luminescente et l’éclairage renforcé des passages piétons ;

Un cas particulier : le centre-ville

directement mis en danger par le commerce de périphérie et les travaux longs et chaotique subit une baisse de la fréquentation des commerces. Ce manque cruel d’écoute et d’appels au secours de certains commerçants n’est pas acceptable ! Nous ferons :

Un plan d’action pour le commerce et l’artisanat

Nous donnerons la priorité aux commerces et services de proximité, avec notamment des incitations fiscales.

La requalification des Halles et des espaces publics environnants

qui font le lien avec l’hyper centre-ville afin de redynamiser cet espace commercial urbain où artisans et commerçants font un véritable effort d’animation et créent une dynamique de qualité.

L’installation d’une conciergerie avec multiples services :

accueil des enfants, WC publics, dépôt de courses, objets trouvés, garderie canine, etc.

De nouvelles solutions de stationnement qui fonctionnent,

notamment en périphérie du centre-ville.

Notre boulet fiscal

nous sommes une des villes les plus chères de France. On appauvrit les Amiénois. On fait fuir de potentiels arrivants et les entreprises. Il faut rendre Amiens compétitif en s’engageant dans un plan de baisse fiscale fort. Cela permet une attractivité économique réelle : faire venir l’emploi à Amiens.

J’appliquerai une baisse de 10 % la taxe foncière, immédiatement et sans aucune augmentation en cours de mandat. Celle-ci sera aussi répercutée par les bailleurs sociaux. Cette mesure a une vertu pédagogique pour les élus qui doivent prendre davantage soin de l’argent public confié par les habitants.

Une stratégie ambitieuse pour faire rayonner Amiens et sa métropole

 

Au-delà des solutions quotidiennes que nous proposons pour les Amiénois, nous portons une vision globale qui permet le développement de l’emploi et le dynamisme durable de notre ville. Cette ambition s’appuie sur trois leviers : l’ouverture aux autres villes, la culture et l’enseignement supérieur.

La Bataille du Rail

La liaison ferroviaire avec Paris est vitale pour l’avenir d’Amiens. Tant pour les habitants qui y travaillent, que pour les parisiens qui quittent l’Ile de France pour une meilleure qualité de vie.

Impliquons-nous dans le projet de refonte de la Gare du Nord à Paris, avec 150.000 emplois à la clé ;

Nous désignerons un élu délégué 100 % aux enjeux ferroviaires pour améliorer notamment les liaisons Amiens-Paris et Amiens-Lille.

Culture

Une politique culturelle centrale, pour valoriser notre patrimoine et mieux accompagner et accueillir les talents locaux et les plus grands artistes.

Transformer le Tri postal, inoccupé rue Dejean, en centre de création culturelle et, notamment en offrant des lieux de production, d’exposition et de rencontre.

Nous y soutiendrons particulièrement les acteurs culturels de l’image, de la bande dessinée, du design et du dessin. Nous pouvons devenir la Capitale de l’image, de la vidéo et du Jeu vidéo.

Notre environnement est notre principal atout. Dans la stratégie de « Ville grandeur Nature », nous proposons de miser sur cette singularité « Culture et culture » : il faut sauver les hortillonnages, espace fragile et menacé, atout majeur d’Amiens. Nous établirons une Maison du fleuve Somme, nous aménagerons les bords de Somme et animerons la mémoire vivante de la culture picarde.

Enseignement supérieur & recherche

Notre ville accueille désormais 30.000 étudiants et ils dynamisent Amiens. C’est une chance ! Nous devons faire encore plus en devenant une référence dans l’enseignement supérieur. Pour cela nous devons nous appuyer sur nos atouts. Nous pouvons être un pôle majeur de la santé en France. L’hôpital d’Amiens et le pôle santé privé sont une fierté. Nous avons des médecins d’un excellent niveau qui contribuent à notre rayonnement.

Nous proposons un contrat avec l’Etat pour qu’Amiens devienne la ville nationale de l’enseignement supérieur. C’est un engagement à prendre. Nous voulons devenir « le Cambridge à la française ». Nous devons soutenir bien plus nos écoles et pourquoi pas en accueillir d’autres ?

Depuis notre perte du statut de capitale régionale, l’enseignement supérieur et la recherche restent l’un de nos derniers bastions à visée stratégique pour la mise en œuvre d’une politique territoriale ambitieuse au sein des Hauts-de-France.

Création d’une maison internationale des enseignants chercheurs ;
Améliorer l’accueil des étudiants dans la ville (logement, loisirs, déplacements…) ;
Implication des universitaires dans les stratégies innovantes locales ;
Valoriser et communiquer sur nos centres de recherche ( HUB, MIS, CURS…) ;
Accélérer les projets Campus Santé, Faire-Face et SimUSanté ;
Accompagner la réussite et la mobilité des étudiants : création d’une bourse au mérite pour les jeunes amiénois prometteurs, bourses aux stages, parrainages d’entreprises,…

N'oubliez pas d'aller voter !

Les élections municipales de 2020 ont lieu les 15 et 22 mars 2020.

Jour(s)

:

Heure(s)

:

Minute(s)

:

Seconde(s)